photo C. Couartou

                                                                                                                                               BILLETS D’HUMEUR

 

                                                                                                                             LES COUPS DE GUEULE DE LA NATURE

photo C. Couartou
© Pierre Déom ; extrait de (l’irremplaçable !) revue La Hulotte, n° 36-37, p. 26, 1977 ; avec son aimable (et exceptionnelle) autorisation.

Cette page est ouverte aux personnes qui ressentent le besoin d’exprimer – si possible d’une manière structurée et argumentée – leur point de vue sur les atteintes à la Nature, aux personnes et organismes qui l’étudient et la défendent.                                                                                                                                                                                                                                            Nous parions sur le fait que cette rubrique ne sera pas un simple et vain défouloir : les problèmes abordés, qu’ils relèvent de fondamentaux ou de détails ponctuels, ont des chances de concerner ou d’intéresser une majorité dès lors qu’ils sont ressentis par quelques-uns.                                                                                                                                                                                                                                     Bonne lecture, et bonne révolte si affinités ! (cliquer sur le titre ou l’intitulé du fichier pour accéder à l’article)

Pour nous envoyer votre billet d’humeur : revue-plume@cpiebrenne.org

Consultation recommandée par la Nervosité Sociale :

Nous ne méritons pas nos prédateurs.

Les grands prédateurs sont notre dernier espoir de ne pas succomber à la stérilité, intellectuelle ou organique.
Leur présence est riche d’enseignements : le ré-ensauvagement n’est pas chimère et la naturalité n’a pas dit son dernier mot, elle sait reprendre ses droits. Elle souligne surtout notre besoin viscéral d’assouvir le sauvage et l’acharnement de l’homme à éradiquer ce qu’il ne maîtrise pas. Nous donnons au reste du monde l’image d’une paysannerie médiévale sans doute encore capable de clouer des chouettes sur les portes des granges pour atténuer ses propres démons.
La ruralité qui s’érige en modèle de société est un jeu de dupe : elle cultive la mort du vivant, l’agonie des abeilles et empoisonne nos enfants. Elle robotise des besogneux de la terre, enlisés dans la rémanence d’un combat archaïque avec leur environnement, asservis aux lobbies phytosanitaires et incapables de se questionner sur leurs pratiques.
Quand bien même nous considérions les espaces naturels uniquement comme des zones de production ou de loisirs, les prédateurs nous rappellent que ces ultimes retranchements demeurent des écosystèmes où chaque être vivant est légitime.
L’ours sauvera nos montagnes, le loup sauvera nos bergers, parce qu’ils déterminent ce que nous sommes et ne sommes pas, parce qu’ils nous questionnent sur l’adversité, parce qu’ils nous renvoient face à nos responsabilités, parce qu’ils réveillent notre inconscient et éveillent notre conscience du sauvage, parce qu’ils nourrissent notre imaginaire, parce qu’ils nous font vibrer – de joie ou de peur… parce qu’ils nous rendent humbles et donc, meilleurs.

Laurent Cocherel

Deuxième disparition du Lynx dans les Vosges.

Merci à Vincent Munier pour ce partage d’une triste histoire d’amour d’un couple de lynx, dont le mâle a subi un acte de braconnage. Images à la fois magnifique et douloureuses.

Privés de savoir ? Ou l’exploitation privée, très rentable financièrement, des résultats de la recherche publique.                                                                                                                           Les leaders de l’édition scientifique ont trouvé le bon filon. Ils représentent 40 % du marché et leur activité, avec 34 % de marge, génère 7 600 000 000 d’euros de chiffre d’affaire annuel. La recette magique ? Des chercheurs payés par les finances publiques envoient leurs travaux et relisent ceux des autres, de préférence à titre gracieux ; les articles les mieux notés sont publiés et revendus à ces mêmes chercheurs exploités bénévolement, avec des coûts d’abonnement en augmentation de 7 % par an malgré des frais d’édition en baisse grâce au numérique. Prenez 10 minutes pour découvrir plus en détails ce business de génie.

Point de vue sur la manifestation des agents de l’ONF fin décembre 2017. Bernard Boisson.                                                                                                                                                         Résumé : La manifestation du personnel de l’Office National des Forêts du 14 décembre 2017 à Paris, entre les Invalides et le Ministère de l’Ecologie adresse au public nombre de signaux d’alerte. Il serait urgent que ces considérations, incluant le fond psychologique des vocations dans les métiers forestiers, soient plus entendues des journalistes et du grand public afin de faire levier sur le pouvoir décisionnel du gouvernement. On ne peut dissocier la réflexion sur l’écologie forestière de la légitimité de ces professions à exister dignement.

Organisation des associations naturalistes : puissance structurelle ou pouvoir centralisé ? Michel Barataud.                                                                                                                                       Barataud_2018-01-25_Billet-humeur_PlumeNat                                                                                                                                                                                                                                                                   Résumé : Les associations naturalistes, notamment en France, sont nombreuses et diversifiées à l’image des contextes biogéographiques et culturels. Sous l’effet grandissant – accentué par la création des grandes régions – d’une tendance générale à former des regroupements, les associations se retrouvent face à un dilemme entre efficacité à un haut niveau et autonomie exécutive locale, les solutions proposées n’étant pas toujours soucieuse de la base locale : une liberté en danger ?

La Dobrogea roumaine vendue aux développeurs éoliens du monde entier.

Le phénomène n’est pas nouveau et non circonscrit à la Roumanie mais il fait néanmoins froid dans le dos, surtout quand il se situe dans une région située aux portes du Danube, au bord de la mer noire, couloir migrateur et zone d’hivernage de millions d’oiseaux dans le monde.

La via Pontica est le passage migratoire principal connectant l’Europe de l’Est à la côte est-africaine. Il draine des centaines de milliers d’oiseaux d’eau, rapaces, passereaux chaque année (Anon, 2008). La via Pontica passe par la Dobrogea, très près des fermes éoliennes présentes, et particulièrement près de celles à côté du Delta du Danube et de la côte de la Mer noire. Le delta du Danube est une des aires protégées les plus importantes en Europe avec entre 470,000 – 950,000 oiseaux d’eau migrateurs chaque année. La côte ouest de la mer noire voit également des nombres significatifs d’oiseaux d’oiseau d’eau avec entre 110,000 et 250,000 individus s’arrêtant pour s’alimenter en migration chaque année.

Les locaux témoignent de la vente de leurs terres des agriculteurs aux développeurs sans que l’énergie tirée des parcs aille forcément aux Roumains. De plus, les parcelles ne sont pas vendues en fermage et sont donc d’autant plus de terres délaissées pour l’agriculture roumaine.

Sur la zone photographiée, le soir, en hiver, en déplacement depuis les zones de gagnage aux zones de repos, des milliers d’oies et de cygnes survolent les champs à hauteur d’éoliennes…                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Biblio : Anon, (2008). Arille de Importanta Avifauna din Romania – Important Bird Areas in Romania; published by SOR, Bucharest.                                                                              Anon, (2002). Agreement on the Conservation of Bats in Romania (EUROBATS. AC7.14), March 2002

Information sur le sujet en Europe de l’Est : L’Europe de l’est se couvre de parcs éoliens  ;                                                 Exemple de proposition de construction d’un parc éolien sur cette zone en Roumanie

Ondine Filippi-Codaccioni.