Ce qu’il faut savoir pour soumettre un article dans la revue

La procédure de parution d’un manuscrit est la suivante :

  1. l’équipe éditoriale, bénévole, s’efforce cependant de respecter des délais courts les plus courts possibles entre l’envoi du manuscrit définitif et la mise en ligne de l’article ;
  2. l’auteur envoie (revue-plume@cpiebrenne.orgun manuscrit en y joignant le cas échéant les commentaires du ou des relecteurs de son choix sollicités par lui-même, avant la soumission ; l’équipe éditoriale, après avoir pris connaissance du contenu, propose si besoin à l’auteur un ou plusieurs relecteurs ;
  3. l’auteur valide son manuscrit après relecture et éventuelle correction ; en cas de litige de point de vue sur le fond entre un auteur et un relecteur, n’aboutissant pas à un résultat consensuel, il est demandé au relecteur un texte court développant ses contre arguments (dans le respect du travail et de la dignité de l’auteur), qui sera publié à la suite du manuscrit ;
  4. l’équipe éditoriale assure la mise en page et envoi un PDF à l’auteur pour accord ;
  5. l’article est mis en ligne pour téléchargement gratuit dès que la mise en page est validée ;
  6. l’ensemble des manuscrits mis en ligne sur une année, compose un recueil annuel de la revue, téléchargeable en fin d’année.

Structure et format des manuscrits

  1. Plume de Naturalistes est d’expression francophone :
    1. des manuscrits rédigés dans une autre langue nationale ou locale sont acceptés mais aucun conseil de relecture n’est garanti par l’équipe éditoriale ;
    2. les manuscrits en langue française peuvent, selon les possibilités des auteurs, inclure une traduction en anglais du titre, du résumé et des légendes de tableau et de figures ;
    3. les manuscrits en langues autres que française incluent une traduction française du titre et du résumé au minimum ;
  2. Conseils sur la forme du manuscrit :
    1. le manuscrit est transmis au format .doc ou .docx à l’adresse revue-plume@cpiebrenne.org ;
    2. il comprend si possible un résumé ;
    3. l’architecture du manuscrit correspond à la norme habituelle (toute variation est laissée à la discrétion des auteurs) : Titre ; Auteurs (avec une adresse mail pour un contact éventuel avec les lecteurs) ; Résumé (synthétisant le contexte et les principaux résultats) ; Mots clés ; Introduction ; Matériel et Méthodes ; Résultats ; Commentaires (ces deux dernières parties pouvant être séparées ou fondues) ; Remerciements ; Bibliographie (pas de règle imposée de rédaction des références) ;
    4. la longueur du texte, le nombre d’illustrations et de tableaux sont libres ; un effort particulier est demandé concernant le contrôle de l’orthographe, de la grammaire et la qualité de la syntaxe ;
    5. le type et la taille de police sont laissés à l’appréciation de l’auteur (une uniformisation sera réalisée lors de la mise en page) ; les titres peuvent être mis en évidence et hiérarchisés (par exemple : titre 1 en taille 18, titre 2 en taille 16, etc.) ;
    6. les références bibliographiques citées dans le texte : à titre indicatif, la présentation peut être la suivante : Desmet (2011) ; (Grimonprez 2011) ; Favre (comm. pers.) ; (Beuneux & Chalbos 2012 ; Demontoux 2012 ; Malafosse et al. 1985) ;
    7. la bibliographie en fin d’article sera classée par ordre alphabétique (puis chronologique pour un même auteur) ; la présentation des références suivra un des modèles habituels des revues scientifiques, sans exigence particulière sur les détails superflus (points, tirets, parenthèses, italique, etc.) ;
    8. les noms d’espèces cités dans le texte : à titre indicatif, par convention, les noms vernaculaires français portent une majuscule pour le genre lorsqu’il ne s’agit pas d’un individu en particulier (ex : « La Martre est une espèce qui consomme des baies de Lierre au printemps ») et une minuscule lorsqu’il s’agit d’un individu en particulier (ex :  « … nous avons alors vu la martre grimper dans le lierre qui couvrait l’arbre gîte ») ; ils sont suivis des noms latins (en italique) lors de la première citation dans le texte ;
    9. les tableaux sont inclus dans le manuscrit, avec leur numérotation (Tableau 1, etc.) suivie de leur légende au-dessus du tableau ;
    10. l’emplacement souhaité des illustrations (photos, graphiques, etc.) est indiquée dans le corps du texte par un numéro (par exemple : Figure 1), suivi de la légende de l’illustration. Ces dernières sont transmises à part (en format jpeg, tiff, png, psd ou pdf) avec la numérotation correspondante dans leurs titres de fichiers.
  3. les résultats bruts non commentés sont acceptés mais déconseillés car d’un intérêt limité ; ils seront interprétés et discutés au mieux ; leur présentation et leurs traitements statistiques éventuels sont laissés à la discrétion de l’auteur qui reste le décideur final du fond comme de la forme.